Jean-Pierre Bregnard va nous faire traverser le temps pour modifier le monde

Les Éditions SUR LE HAUT ont l’honneur et le privilège de publier le nouveau roman de l’écrivain chaux-de-fonnier Jean-Pierre Bregnard. Traversées sortira en librairie et en ligne le 11 février et sera verni à la librairie La Méridienne le jeudi 9 mars à 18 h 30.  

Cette histoire d’un vieil écrivain perdu dans un dédale de pensées fait aussi traverser ses personnages et ses futurs lecteurs dans « un tissu du langage » qui saute d’un lieu du monde à un autre. L’auteur fait danser la fiction avec la réalité et croit encore à la littérature pour insuffler aux hommes la force de modifier le monde.

De son court roman, chef-d’oeuvre de 150 pages, l’auteur écrit laconiquement sur la quatrième page de couverture : « Une jeune migrante syrienne traverse la mer. Une jeune lectrice traverse un roman. » L’image qu’il a construite pour sa couverture est emblématique des va-et-vient entre la réalité et la fiction. Le lecteur fait constamment des traversées d’un univers à l’autre, de la vie de l’écrivain (et de sa jeune amie lectrice du roman qu’il est en train d’écrire) à celle de ses personnages.

D’où cette belle image : une mer, celle que la migrante syrienne imaginée par l’auteur traverse pour arriver dans un camp de réfugiés sur une île grecque ; et, en filigrane, une écriture, celle de l’auteur, qui traverse la page.

Mais quel auteur ? Telle est la question. Jean-Pierre lui-même qui traverse le miroir pour se projeter dans le personnage du vieil écrivain ou de sa lectrice.

Nous ne dirons rien de plus de cette intrigue, sous peine d’amoindrir le plaisir et les surprises du texte. Sinon que d’autres traversées l’habitent, à commencer par celles du lecteur qui devra avancer en revenant sur ses pas pour sortir du labyrinthe dans lequel Bregnard, en Dédale-inventeur-architecte-forgeron, l’a jeté.

De même, traversées du passé vers le présent, du réel vers la fiction et de la fiction vers la réalité historique ; mais aussi traversées du faux vers le vrai, traversée-ricochet d’une balle vers une cible inattendue, traversée de la vie vers la mort, et aussi de l’obscurité vers la lumière.

Ce roman de la fin d’un monde se révèle finalement être celui des origines d’un autre, habité par une Eva et une Ève, et tant souhaité par le vieil écrivain : « une littérature où l’on s’étonne… où l’on se surprend d’être dans le présent, de simplement pouvoir lire », une littérature où « les personnages de fiction font partie de ce tissu du langage qui peut sauter d’un lieu du monde à un autre, ce vent qui traverse le temps pour se réinsuffler dans l’Histoire et la modifier ». 

Auteur : Daniel Musy

Né en 1956 à La Chaux-de-Fonds (CH).Y vit et y a enseigné le français, la philosophie et l'histoire de l'art au Lycée Blaise-Cendrars jusqu'en juillet 2018. Conseiller général socialiste de 2004 à 2016.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :